Comment graver une plaque d’entreprise?

A. LE DESSIN PRÉPARATOIRE .

Il n’est bien sûr pas nécessaire de faire un dessin préparatoire. Une gravure peut être découpée directement dans la plaque mais comme la gravure au trait et le travail plus précis sont très précis, il est rare qu’un dessin ou au moins un dessin préparatoire. n’est pas fait. Dans le passé, il était presque impensable de ne pas faire de tels dessins.
Un dessin original peut être réalisé sur n’importe quelle surface mais il est préférable qu’il soit dessiné sur papier ou directement sur la plaque. Lorsque le dessin est fait, il ne faut pas oublier de l’inverser pour que l’impression soit dans le bon sens. Pour ce faire, faites un tracé du dessin ou de ses lignes principales. Le papier calque peut être utilisé et si les lignes sont faites avec du graphite, il sera assez facile à transférer utilisé. C’est le dessin sur la surface de la plaque vernie.


Dans le passé, du 
papier gélatine transparent était utilisé. Ce papier était posé sur le dessin, la face gélatine tournée vers l’artiste, et était utilisé comme papier calque.
Le tracé a été fait avec une pointe arrondie (pointes d’ivoire, d’os ou d’agate) puis de la poudre sanguine a été saupoudrée dans les lignes formées dans la gélatine. La feuille a ensuite été essuyée pour que la poudre ne reste pas sur les zones en relief (sorte d’
essuyage ). La feuille de gélatine a ensuite été retournée et placée sur la plaque. Le dos a été frotté pour que les lignes de poudre sanguine se déposent. Une façon plus simple de faire les choses est de dessiner directement sur la plaque avec un crayon à mine assez doux (2B) ou avec un crayon lithographique(copal pour les lignes de ligne). Un dessin peut également être transféré avec du papier carbone et dans les premiers jours de la photographie a également été utilisé comme méthode de transfert [ transferts ].
Le dessin préliminaire réalisé sur une plaque est généralement de très courte durée. Il doit souvent être dessiné plusieurs fois car il est effacé par la main du graveur pendant qu’il travaille sur la plaque. En fait, en travaillant sur l’assiette, il faut placer une feuille de papier sur la surface sur laquelle reposer sa main. Une solution alternative consiste à utiliser un repose-main – une sorte de pont en bois qui agrafe l’assiette.
Ces précautions sont essentielles car l’humidité de la main provoque une oxydation rapide de la plaque. L’oxydation provoquée par un tel contact est gênante car elle réduit la visibilité des lignes découpées dans la plaque.
Dans le passé, de nombreux graveurs de lignes préparaient leurs plaques en les gravant d’abord un peu, puis en approfondissant les lignes avec un graveur en fonction des résultats qu’ils souhaitaient obtenir. Ce genre de travail a été appelé par les Français 
eau-forte des graveurs (littéralement « gravure de gravure ») afin de distinguer ce type de gravure du travail effectué par aquafortistes [ gravure ].

B. AFFÛTAGE DES OUTILS .

L’affûtage des instruments utilisés dans la gravure en ligne est une tâche à la fois délicate et importante. On peut même dire que le succès d’une gravure est directement lié au succès de l’affûtage des outils. De plus, il est presque impossible de graver avec un graveur mal affûté. Les lignes doivent être coupées sans avoir à exercer une force excessive. Le graveur doit glisser le long de la surface de la plaque, lors de la coupe des lignes, et faire ce bruit légèrement grinçant si bien connu des graveurs. Si l’outil s’enfonce dans la plaque ou glisse hors de la ligne, cela signifie qu’il est mal affûté et ce n’est pas une bonne idée de continuer à couper. En ce qui concerne l’affûtage proprement dit des outils, se tourner vers l’article sur le sujet [ affûtage ].

C. COUPE DE LA PLAQUE. 

Une fois la plaque préparée, les outils correctement affûtés et le dessin transféré ou tracé, le processus de gravure peut commencer. Bien que chaque graveur ait ses propres systèmes, les lignes principales de la gravure sont généralement coupées en premier afin de donner une idée de l’ensemble.


L’ombrage est travaillé dès ces premières lignes soit en délimitant les zones ombrées par un trait très fin soit ensuite en accentuant certaines lignes. Il faut d’abord couper le
solide les lignes (qui sont les plus importantes) puis accentuent les lignes qui sont des zones claires opposées. Il est important que le travail effectué soit bien structuré car la gravure au trait est une technique lente (il faut beaucoup de temps pour couper une gravure) et les corrections sont difficiles à faire. Il faut donc procéder à un travail global de la plaque entière par étapes successives, plutôt que de finir une zone à la fois. La deuxième étape de la gravure d’une plaque vient après avoir découpé le contour général. Une fois les contours terminés, les valeurs doivent être placées. Les graveurs au trait suivent certaines règles qui sont utilisées depuis le XVIe siècle. Ces règles étaient à l’origine dérivées de dessins au trait sur papier et ont ensuite été systématisées pour l’impression de plaques en taille-douce. Le principe qui guide l’application des valeurs dans les plaques intagho appelées par les Françaisburin rangé – a été inventé au 17ème siècle et développé au 18ème siècle. Un burin rangé est une gravure strictement organisée en termes de forme, d’éclairage et de matière dont sont constitués les objets à représenter.


Ce type de gravure a été appelé plus tard 
belle taille (littéralement le terme signifie «belle coupe») ou beau métier («bon ouvrier»). Cette forme de gravure “supérieure” était généralement utilisée pour les reproductions et était donc pratiquée par des graveurs professionnels plutôt que par des graveurs originaux (également appelés peintres-graveursun terme dérivé du français). Il est également vrai que les graveurs originaux préféraient généralement la gravure comme support. Cette manière différente de gravure des graveurs originaux était appelée par la gravure libre française (gravure libre) par opposition au burin rangé (gravure contrôlée ou commandée). Les graveurs originaux n’avaient pas une technique aussi développée que les graveurs professionnels mais, d’un autre côté, ils avaient l’inspiration, le courage et la créativité qui manquaient souvent au burin rangé extraordinairement précis . La précision formelle du burin rangé était telle qu’il y avait des règles pour le moindre reflet, scintillement et nuance du manche, de sorte que seul un génie pouvait réussir à dépasser ces règles précises et à les sublimer. le burin rangé a été magnifiquement bien défendu par des familles de graveurs professionnels tels que les Drevets, les Tardieu, les Audrans ou les Cochins, et est resté le moyen le plus parfait de reproduire des scènes jusqu’à l’invention des procédés photomécaniques. Il est tout naturel que le dessin publicitaire ait conservé certaines des règles développées par la méthode du burin rangé.


Les règles systématiques du 
burin rangéne pouvait que conduire à une forme de travail académique qui fut finalement remplacée par une technique plus spontanée. Cette nouvelle technique est toujours utilisée dans la fabrication de timbres, d’en-têtes de lettres et dans l’impression en relief. Il faut dire, néanmoins, que les règles du burin rangé n’étaient pas entièrement artificielles mais étaient plutôt établies en fonction de nécessités définissables: faire coller l’encre au papier aux bons endroits lors de l’impression et donner un rendu précis et correct du relief. , l’éclairage et la substance représentée. De ces deux nécessités techniques, seule la première a encore de l’importance aujourd’hui. Il est intéressant de noter cependant que certains graveurs peu soucieux du réalisme photographique, comme certains graveurs abstraits, redécouvrent assez instinctivement les règles du beau métier. On est donc amené à penser que ces règles sont étroitement liées à la nature du graveur, à son utilisation et aux résultats qu’il peut produire.


Traditionnellement, les 
lignes découpées dans une assiette étaient exclusivement des lignes parallèles et ne se touchaient jamais. Des gris et des noirs intenses ont été provoqués par l’approfondissement des lignes (également appelé gonflement des lignes ) et ont été utilisés dans un type de gravure que la tranchée appelle gravure claire(gravure claire ou claire) dans laquelle aucune ligne n’est croisée et dans laquelle les lignes, même gonflées, n’entraînent pas de nuances intensément sombres. Ce style de gravure s’appelait aussi taille simple ou taille unique (trait simple ou trait unique) et était pratiqué par Claude Mellan, le plus célèbre pratiquant du XVIIe siècle de ce type de gravure. Mellan a exagéré cette technique au point qu’il a gravé une plaque en utilisant une seule ligne continue qui a commencé au centre et s’est poursuivie vers l’extérieur en cercles concentriques jusqu’à ce qu’elle recouvre toute la plaque. Le soulagement nécessaire a été apporté, tout simplement, en gonflant et en amincissant la ligne aux endroits appropriés.


Les lignes d’une gravure peuvent également 
suivre la forme de la chose représentée . Ainsi, par exemple, la ligne peut suivre l’arrondibord d’une épaule ou la courbe d’une balle. Les graveurs au trait dessinent des lignes parallèles et des lignes qui suivent la forme de bustes pour voir les effets en perspective et pour parfaire leur travail. Les demi-tons sont obtenus en faisant de petites lignes courtes ainsi qu’en faisant de petits points. Différents matériaux peuvent être représentés comme étant distincts les uns des autres en utilisant différentes textures: par exemple des surfaces en pointillés pour les fourrures et des lignes croisées pour les matériaux moirés . Aujourd’hui, des effets similaires sont obtenus en superposant des écrans , mais le moiré est un effet que toutes les imprimantes tricolores essaient d’éviter en superposant les lignes de leurs écrans de la bonne manière.


Tous les points mentionnés ci-dessus sont des règles traditionnelles. Chaque graveur de ligne peut utiliser autant ou aussi peu de ces pointeurs – comme il le souhaite. En fonction de sa propre inspiration et habileté, il peut utiliser une grande variété de lignes, les croiser à 
angle droit (comme on le faisait dans le passé pour donner une tonalité grise aux arrière-plans), les traverser en diagonale , les couper , les approfondir, etc. Cependant, un graveur au trait doit toujours garder à l’esprit, même s’il n’adopte qu’un petit nombre de tules traditionnelles, que le caractère de son travail sera sans valeur s’il peut être remplacé par une autre technique de gravure telle que le sec pointe ou gravure. Il est cependant possible d’utiliser la gravure au trait en conjonction avec d’autres techniques si l’on ne considère pas les caractéristiques du graveur comme fondamentales. L’utilisation de plusieurs techniques pour faire une impression est appelée, tout simplement, technique mixte .


Habituellement, une plaque est découpée par étapes successives en commençant par les gris clairs. Ces gris sont progressivement accentués pour les rendre plus foncés et plus foncés jusqu’à ce que même les zones noires soient terminées. La gravure doit également être coupée en une seule fois (étape par étape) pour que la plaque finale ait un aspect uniforme et homogène.


En ce qui concerne les lignes, le graveur commence par faire pénétrer son outil dans la surface de la plaque. L’outil doit pénétrer petit à petit, sans forcer, et le fil coupé par le burin doit être d’une taille proportionnelle à la taille du burin choisi pour faire le travail. Lorsque la ligne arrive à sa fin, le graveur doit être amené à refaire surface lentement afin que la ligne s’écoule doucement.


Si la ligne doit arriver à une extrémité abrupte aussi large que le reste de la ligne, le fil de cuivre doit être soulevé avec la lame de la graveuse, puis coupé avec un grattoir dans le même sens que la ligne elle-même. Si l’on souhaite continuer une ligne qui s’est arrêtée si brusquement, commencez avant la fin en coupant sur une pente, puis poursuivez la coupe de la ligne. Si des trous ronds doivent être percés dans la surface de la plaque, procédez comme suit: tenez le graveur contre la surface de la plaque à un angle de 65 ° ou 70 ° et faites pivoter la plaque.


Cochin a donné des directives utiles sur ce qu’il faut prendre en compte lors de la découpe d’une gravure en ligne. Comme il l’a dit; “La gravure de ligne est déjà assez sévère en elle-même du fait qu’il faut laisser des espaces blancs entre les lignes. A cause de cela, il faut toujours chercher la solution la plus riche possible. Puisqu’on ne peut pas couper une ligne large qui ne résultera pas en un très noir dur, il faut penser à d’autres solutions. Un léger coup de crayon ou de pinceau peut donner un trait très large tout en restant doux. Pour imiter cet effet en gravure au trait, il faut faire plusieurs traits légers, l’un à côté de l’autre, ou sinon faites de petits trous à côté de la ligne principale pour créer un peu de douceur ombragée.Les zones ombragées suivent également le même principe et donc les lignes dans les zones plus sombres doivent être plus profondes que celles des zones plus claires.L’étape suivante consiste ensuite à hachurer les ombres elles-mêmes. “[
lignes ].

D. CORRECTIONS ET TRAVAUX DE FINITION. 

Lorsque les lignes ne tournent pas comme elles le devraient, elles peuvent généralement être annulées à partir de la surface de la plaque. Si la ligne est très légère, elle peut être effacée avec un brunissoir. Les lignes plus profondes peuvent être enlevées en les grattant avec un grattoir. Si les lignes sont très profondes, il faudra marteler le dos de la plaque (après avoir localisé l’endroit exact à faire tomber). Afin de trouver le bon endroit pour marteler, des étriers ou des compas sont indispensables. Le renversement proprement dit se fait en plaçant la plaque sur une enclume (protégez les lignes en dessous avec un morceau de tissu). La partie de la plaque qui a été martelée sera bombée et doit donc être grattée, poncée et polie avant d’être réutilisé. Une solution de mordant ou de gravure peut également être utilisée pour éliminer les lignes et uniformiser la surface des plaques. [ polissage ].


Si l’on souhaite avoir une impression claire et précise, la bavure laissée par le burin doit être coupée à sa base afin que la surface de la plaque reste uniforme. L’ensemble de la plaque doit ensuite être repoli avec un abrasif très fin mélangé à de l’huile en s’assurant que le polissage est parfaitement plan sur toute la plaque.


Ce polissage peut se faire avec du papier carborundum très fin fixé sur un petit bloc. Cela empêche l’abrasif de pénétrer dans les lignes et d’arrondir les bords supérieurs [ 
subtilités abrasives ].


Si un graveur au trait souhaite que sa plaque dure un grand nombre d’impressions ou s’il veut la protéger des rayures, il doit la faire 
recouvrir . Dans tous les cas, toutes les plaques finies doivent être protégées par une couche de vernis lorsqu’elles ne sont pas utilisées même si elles sont en acier. Enfin, l’assiette doit être soigneusement enveloppée avant d’être rangée.

E. COUPES D’ACIER. 

Les gravures sur acier étaient souvent réalisées dans le passé en raison de la résistance de ce métal et de la précision des lignes découpées ou gravées [ acier ]. L’invention du calage en acier a privé la coupe d’acier de sa supériorité, mais certains graveurs continuent de préférer les plaques d’acier pour leur précision sèche et dure. Dans la gravure en ligne commerciale, les plaques de cuivre ne sont utilisées que pour l’impression de cartes de visite, car ces cartes sont imprimées en petites quantités. Les en-têtes de lettres, les marques, les cartes en relief, etc. sont généralement imprimés en grandes quantités et plusieurs fois, ce qui met beaucoup l’accent sur. le bloc. Pour une telle impression, le cuivre ne convient pas du tout et par conséquent, des plaques d’acier sont utilisées.


La gravure industrielle et commerciale sur acier se fait à la main ou avec une machine appelée 
pantographe ou machine à graver. Les machines sont généralement utilisées pour la gravure de lettres ou de chiffres. Souvent, la machine n’est utilisée que pour graver le dessin préparatoire. Cette machine a une sorte de pointe sèche qui raye à travers un sol recouvrant la plaque. La plaque est ensuite gravée et le travail est ensuite terminé à la main à l’aide d’un burin. Les dessins réalisés par des machines à pointe diamantée sont très fins et précis et le procédé de gravure respecte cette précision. Le travail effectué avec une sorte de perceuse est assez différent. Le foret doit être continuellement affûté pour que la ligne qu’il coupe conserve une profondeur et une largeur constantes. La tâche du graveur est de la plus haute importance une fois la plaque gravée et seuls les graveurs en ligne expérimentés peuvent faire face à ce type de travail spécialisé. Dans les grands ateliers, les différents travaux sont effectués par des personnes différentes.Même les graveurs eux-mêmes peuvent être spécialisés: certains découperont des lettres tandis que d’autres découperont des figures.


La découpe des pâtés en acier se fait avec des échoppes. Des échelles plates (burins) sont utilisées si la ligne doit avoir un fond plat et large. Des échelles à pointe peuvent également être utilisées si la ligne est censée avoir un peu de «creux» pour les reliefs arrondis. Le travail plus grave sur des plaques d’acier (qui sont généralement dures ou même très dures) est lent et difficile et le graveur doit être constamment affûté. De plus, les corrections sont longues et difficiles. Tout d’abord, la plaque est difficile à gratter et deuxièmement, les creux causés par les raclures ne peuvent pas être autorisés. Dans la gravure manuelle sur acier, un léger creux peut être effacé sans trop de difficultés si l’on fait attention. Puisque les plaques ne sont jamais plus épaisses que 3 mm (0,12 po), elles peuvent être renversées avec un marteau.


En gravure industrielle, par contre, les plaques ont une épaisseur d’au moins 1 cm (0,4 po) et les lames d’essuyage des presses mécaniques ne peuvent pas essuyer les trempettes, surtout si la première lame est en métal. Il existe cependant une façon de faire tomber les plaques industrielles: percer un trou par l’arrière à un ou deux millimètres de la surface de la plaque, puis marteler la fine couche qui reste.
La gravure de timbres et de billets de banque utilise également des techniques de gravure au trait, mais, en raison de la finesse et de la précision que ce type de travail nécessite, il doit être réalisé à l’aide d’une loupe.

Vous pouvez faire appel à un graveur près de chez vous également si vous ne souhaitez pas le faire vous-même. Archer SAS s’occupe par exemple de la gravure à Lyon pour les habitants de la région lyonnaise.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*